Comment maximiser ses capacités intellectuelles?

Maximiser_Ses_Capacités_Intellectuelles

Comment maximiser ses capacités intellectuelles ? 

La question que pose le livre du même nom dans un premier temps est : est-il possible de maximiser ses capacités intellectuelles ? Selon une idée qui est généralement attribuée à Einstein, il semblerait que nous n’utilisions que 10% de nos capacités cérébrales en moyenne. Alors que certains crient au mythe comme la neurobiologiste Catherine Vidal, d’autres, au contraire, vont dans le sens de cette idée. Il y a ceux, comme Simon Thorpe, directeur du laboratoire du Cerco (Centre de recherche cerveau et cognition) et directeur de recherche au CNRS, qui pensent que tous les neurones ne sont pas exploités car ils ne sont pas tous actifs, et puis il y en a qui disent que nous utilisons l’entiereté de notre cerveau mais que, comme pour une maison, nous n’allumons pas toutes les lumières en même temps d’où cette idée des 10%.

Le cerveau est constitué d’un mécanisme de succès qu’il suffit d’activer comme un bouton pour tirer profit de nos capacités et atteindre nos objectifs. Maxwell Maltz.

Toujours est-il que, même si cette idée fait débat, ce qui est plus sûr, c’est que nous ne savons pas toujours comment utiliser notre cerveau au maximum de ses capacités. Alors, comment optimiser nos performances ?

D’abord, il peut être intéressant de comprendre comment fonctionne notre cerveau. Il est constitué de deux hémisphères. L’hémisphère gauche gère le langage, la raison, la logique, le raisonnement, le calcul ou encore l’Intelligence. Il assimile et stocke les informations. L’hémisphère droit gère l’espace, l’intelligence globale, l’intuition et le sens artistique. Il est également en charge des apprentissages.

Grâce à la neuroplasticité (capacité à s’adapter à tout changement interne ou externe), les apprentissages ne sont pas figés. La neuroplasticité est rendue possible grâce à deux processus:

  • la neurogenèse (création de nouveaux neurones)
  • l’élagage synaptique (suppression des connexions inefficaces ou moins utiles)

La neuroplasticité permet donc de reprogrammer son cerveau au niveau inconscient ; partie qui gère les habitudes, les réflexes, les croyances…et qui est responsable de la programmation du cerveau au travers des pensées.

Les pensées mènent aux actions et les actions créent les habitudes. Simon Wealth.

Il existe différentes techniques de reprogrammation qui visent à transformer ses pensées, sa perception, ses comportements… comme :

  • La Visualisation : comme en hypnose ou en PNL, il s’agit d’imaginer ses objectifs atteints par exemple.
  • L’Affirmation Positive : se répéter au long de la journée des phrases positives et transformer celles qui sont négatives.
  • L’Hypnose : technique qui consiste à créer un état de conscience modifié afin de créer une nouvelle réalité pour la personne.
  • L’EMDR : consiste en une stimulation sensorielle bilatérale (mouvement en alternance des yeux, sons à droite puis à gauche au niveau des oreilles, ou du taping, c’est-à-dire une stimulation kinesthésique au niveau du genou gauche puis droit) afin de retraiter les traumatismes et d’en changer la perception émotionnelle.
  • Les Thérapies Cognitivo-Comportementales : technique de psychothérapie qui s’appuie sur le changement des pensées et comportements qui ne conviennent plus à la personne.
  • Méthode Coué (qui lie auto-suggestion et auto-hypnose) : utilise la répétition de prophéties auto-réalisatrices positives afin de transformer ses pensées et comportements.
  • Le reframing : consiste à se positionner en dehors du cadre d’un comportement pour en avoir une autre perception.

Chacune de ces techniques peut être utilisée seule ou elles peuvent être combinées. Il est également possible d’ajouter des techniques de PNL qui permettent de travailler sur les quatre fondamentaux du coaching :

  • les croyances (affirmations sur soi-même, les autres, le monde, que l’on pense avérées)
  • les limites (comportements mis en actions et qui nous permettent de poser des limites vis-à-vis de nous-même ou des autres, qui peuvent être aidantes ou limitantes)
  • les besoins (ce sont des exigences nécessaires qu’il est important de nourrir afin de se construire)
  • les valeurs (squelette psychique, elles déterminent nos motivations fondamentales. Cela peut être l’amour, le travail, la justice… Ce sont des concepts pour lesquels nous sommes prêts à nous battre, que nous avons envie de transmettre aux générations suivantes, sur lesquels nous ne dérogeons pas)

Ces fondamentaux constituent la base du travail sur soi en coaching. Apprendre à les connaitre permet de mieux s’épanouir et d’optimiser nos fonctionnements psychiques.

Au quotidien, d’autres aspects peuvent être pris en compte afin de maximiser ses capacités intellectuelles :

  • Avoir une alimentation saine et équilibrée contribue au bon fonctionnement du cerveau
  • Faire de la gymnastique mentale permet d’entrainer son cerveau qui est comme un muscle (on peut entrainer la mémoire, la concentration, l’attention… au travers de nouveaux apprentissages, de jeux…)
  • Pratiquer un sport permet d’oxygéner le cerveau, favorise la mémorisation et renforce l’acuité mentale, rend heureux et réduit le stress (en libérant des endorphines, « hormones du bonheur » et de la dopamine), protège du vieillissement cérébral en favorisant la production de nouveaux neurones
  • Pratiquer la méditation qui diminue le stress et l’anxiété, augmente le niveau de concentration, favorise un meilleur sommeil, active le cortex préfrontal gauche qui est associé aux émotions positives
  • Rester dans un processus d’apprentissage 
  • Utiliser son cerveau le plus souvent possible (faire un calcul mentalement plutôt que de prendre le portable ; utiliser son sens de l’orientation pour se déplacer plutôt que le GPS…)
  • Protéger son sommeil en dormant 7 à 9h (en fonction de vos besoins)
  • Boire un litre et demi d’eau par jour minimum pour l’activité neurologique du cerveau
  • Jouer pour développer ses capacités intellectuelles : que ce soit les jeux vidéos (avec modération), les jeux de réflexion comme les échecs ou les mots croisés, ou même des jeux plus ludiques seul ou entre amis
  • Sortez de votre routine en testant de nouvelles activités, en changeant de trajet pour aller au travail…

Toutes ces clés peuvent paraitre simples, et c’est le cas. Mais simple ne veut pas dire facile et, si la motivation est importante pour mettre en place de nouvelles stratégies pour apprendre à optimiser le fonctionnement de son cerveau, tout en se faisant du bien, n’oubliez pas de prendre en compte qu’un nouvel apprentissage devient une habitude après une moyenne de 21 jours de répétition. Puis, afin de s’ancrer durablement, Michael Kim (professeur à l’université de Stanford et fondateur de Habit Design), parle même de six semaines afin de consolider cette habitude. Il ne reste plus qu’à se lancer…

Pour aller plus loin : Coaching PRO / numéro 45 : Comment maximiser ses capacités intellectuelles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *